Le prix des fautes (de Français)

Un reportage très intéressant sur les Français qui font des fautes d’orthographe diffusé sur France 2 dans l’émission Envoyé spécial du 19 février 2016 et les conséquences de ces fautes (« Le prix des fautes ») sur la vie professionnelle et psychologique des gens.

Cette compréhension orale est un petit peu spéciale car 

1. Il s’agit d’une vidéo.

2. Sa durée est inhabituelle : 21 minutes, ce qui représente une très longue compréhension orale. Record personnel battu…

3. Le nombre de questions : 39. N’ayez pas peur, le nombre de questions ne signifie pas que cela soit difficile. Au contraire, je pense que cette compréhension orale est accessible dès le niveau B1 acquis et pour B2.

En complément à cette activité, je vous propose une activité culturelle sur une chanson de Serge Gainsbourg intitulée En relisant ta lettre. Sourires garantis !

Voir activité « En relisant ta lettre »

  1. Lisez les questions.

    Télécharger les questions
  2. Regardez la vidéo.

    Emission : Envoyé spécial

    Date de l’enregistrement :

  3. Vérifiez vos réponses.

    Télécharger le corrigé
COMME À L’EXAMEN

Continuez autour de ce thème en réalisant ces activités complémentaires DELF ou DALF.

Entraînez-vous à la production orale DELF B2
Entraînez-vous à la production écrite DELF B2

6 commentaires sur “Le prix des fautes (de Français)”

  1. Hi team Partajon,

    Helpful material, thank you.

    If possible, are you able to please share the transcript to the audio file? This way, it would help students realise what they have missed during the listening comprehension.

    Thank you,

    1. Bonjour Tamara !
      Oui, je peux faire la transcription, mais c’est un gros travail, surtout pour une vidéo de 21 minutes. Donc oui, je le ferai, mais je vous demande un peu de temps… 😉

    2. Bonjour Tamara,
      j’ai ajouté la transcription de l’enregistrement sur la compréhension orale de la vidéo « Le prix des fautes ».
      Cette transcription se trouve à la suite du corrigé. Vous devrez donc cliquer sur le bouton « Télécharger le corrigé » pour la lire.
      Amicalement,
      Jérôme

  2. Dommage que ce documentaire ne remette pas en question la discrimination sociale qui s’exerce à travers la fixation bien française sur l’orthographe. Ainsi, beaucoup ne jugeront de la qualité d’un propos ou d’un texte qu’à l’aune des fautes de grammaire, syntaxe, etc. Alors que cela n’est pas parce qu’on fait des faute qu’on est stupide. L’écrit n’étant qu’une forme de la langue, différente de l’oral. On ne parle pas comme l’on écrit.
    Sachant de plus que la langue change, au rythme du temps et des variations sociales; ainsi que les normes.
    Prenons pour exemple un interviewé de la vidéo qui dit « communication 24/24 ». Ici il fait une troncation par rapport à la norme de « 24h sur 24 ». Mais encore, la personne qui parle vers la 10ème minute dit: « la faute d’orthographe, elle est chronophage ». Cette formulation est souvent utilisée par la journaliste alors qu’au point de vue de la norme, dire « la faute d’orthographe est chronophage » (sans le « elle ») serait suffisant car il y a déjà un sujet.
    Pareil pour le dirigeant du projet voltaire qui parle « d’employabilité »: néologisme ou barbarisme? Cela dépend du point de vue. Tout cela pour montrer que les normes sont subjectives, sociales, institutionnelles mais nullement intrinsèques à la langue. Par exemple le cas de « nénuphar » dont certains ont fait pression pour qu’il soit écrit avec « ph » et non « f » pour faire comme si il venait du grec, alors qu’étymologiquement cela est faux.
    Il faut différencier le fait de devoir faire le moins de fautes possibles pour trouver un travail et en soi.
    Voici deux vidéos faite par un linguiste qui déconstruit ce normativisme de la langue et le « projet voltaire » dont les méthodes n’ont rien de scientifique:
    https://www.youtube.com/watch?v=EU3Ysuqv4sI
    https://www.youtube.com/watch?v=XNSqrZI-VLY

    1. Merci Robert pour votre contribution. En effet, le sujet de l’orthographe et de la grammaire, son respect ou son non-respect est un acte fortement marqué socialement. La question est de savoir à partir de quelle limite les fautes deviennent réellement un handicap.
      Bonne journée !
      Jérôme

Répondre à Jérôme Pillard Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez-nous

x

PARTAGEZ DES RESSOURCES SUR PARTAJON

x