Production orale DELF B2 – I. L’introduction

La production orale a toujours été un moment particulier de l’examen DELF B2.

C’est pour cette raison que j’ai décidé de réaliser une série de 3 articles qui vont tenter de répondre aux questions suivantes :

  1. Comment commencer une production orale B2 ?
  2. Comment développer ses idées ?
  3. Comment conclure une production orale ?

Comme vous le savez probablement tous, la production orale du DELF B2 se déroule en deux parties :

⇒ Le Monologue suivi : il s’agit de la présentation défense de votre point de vue argumenté sur un texte que vous aurez choisi préalablement ;

⇒ L’exercice en interaction : un débat avec les examinateurs (enfin, un débat, c’est un grand mot, je dirais plutôt que les examinateurs vont vous demander de développer certaines idées que vous avez abordées et essayer de prendre l’opinion contraire à la vôtre afin que vous soyez obligé de la défendre).

En premier lieu, il faut souligner que cette épreuve est la seule qui se déroule individuellement, c’est-à-dire que vous allez avoir 30 minutes de préparation suite à votre choix de texte (on vous en donnera deux et vous choisirez celui qui vous plait le plus… ou celui qui vous plait moins mais pour lequel vous avez plus de choses à dire, plus d’idées à développer par la suite…). La consigne qui vous sera donnée sera celle-ci :

Pendant vos 30 minutes de préparation, voici quelques conseils :

Ne rédigez pas de texte

Durant toute ma carrière d’examinateur, à chaque fois que j’ai vu un candidat qui arrive avec un texte bien écrit proprement sur son brouillon, cela s’est avéré presque systématiquement une catastrophe.

En général, il va « lire » ce texte et vous imaginez bien qu’une petite demi-page va durer 1 à 2 minutes de lecture… au lieu des 10 minutes attendues (même s’il est rare que le monologue dure 10 minutes, visez au moins 7 ou 8 minutes. C’est un bon repère) et les deux examinateurs n’auront pour juger de la qualité de votre langue (lexique, grammaire, phonétique) que si peu de matière (1 minute de lecture !! …) que la note va baisser automatiquement.

La seule manière de se rattraper pour le candidat : parler le plus possible pendant la deuxième partie (le débat), sinon attention à la chute des notes.

Personnellement, si un candidat parle pendant 1 minute durant le monologue puis se contente de répondre aux questions sans particulièrement développer, même si sa langue est parfaite je ne pourrai lui donner au maximum que la moitié des points pour le lexique, la morphosyntaxe et la phonétique et les notes baissent encore et encore si le niveau linguistique n’est pas satisfaisant par rapport aux critères B2.

Rédigez un plan détaillé

Sans écrire des phrases construites, notez dans un plan structuré chaque étape de votre production orale, ainsi que les exemples que vous fournirez pour illustrer votre propos.

Mais revenons à l’introduction, puisqu’il s’agit du thème du jour !

Il serait dommage de la négliger pour plusieurs raisons :

⇒ Tout d’abord, le barème prévoit 1,5 point pour le candidat qui peut dégager le thème de réflexion et introduire le débat. C’est un cadeau, non ? Pourquoi vous en priver ? 😊 Pour le coup, puisque l’introduction est assez courte, on pourra même la rédiger en partie…

⇒ Parler (dans une langue qui n’est pas la sienne) peut être énormément stressant. Le candidat pourra tout d’un coup perdre ses moyens et rester bloqué et plus un mot ne sort de la bouche… Pas de panique cependant, normalement les examinateurs seront bienveillants et feront tout pour vous rassurer). Ainsi, bien préparer une introduction avec des phrases modèles que vous aurez apprises par cœur vous permettra de ne pas être confronté au syndrome de la « page blanche »

⇒ Une bonne introduction va donc mettre le candidat en confiance pour toute la durée de l’examen oral. Il verra qu’il peut parler et les idées vont pouvoir s’enchaîner.

L’introduction, donc !

Je vous propose de prendre connaissance des critères d’évaluation officiels du DELF B2 :

  • Le candidat peut dégager le thème du document et les idées principales.
  • Le candidat peut formuler une problématique claire et en rapport avec le document.
  • Le candidat peut annoncer le plan de son monologue

Nous y voici ! C’est tout simple.

En réalité, vous n’aurez qu’à répondre aux 3 critères ci-dessus !

Mais rien de tel qu’un exemple pour bien illustrer mon propos (d’ailleurs, l’illustration par des exemples sera aussi une technique à utiliser lors du développement des idées d’une production orale, quel que soit le niveau DELF et DALF).

Prenons cet exemple de sujet typique que vous pouvez rencontrer lors d’un examen DELF B2 :

Journée sans viande : cessons d’être bêtes !

Polluante, nocive pour la santé, ne respectant pas le bien-être animal, la consommation de viande est régulièrement dénoncée par les végétariens, végétaliens et défenseurs de la cause animale et une journée internationale, le 20 mars, est même consacrée à cette cause devenue politique et provoque bien souvent de violents affrontements. Ces défenseurs d’une alimentation alternative ont pour eux bien des arguments mais la posture accusatoire qu’ils adoptent révèle trop souvent une crise de l’humain qu’ils fabriquent sous prétexte de respect pour l’animal, par une tentative d’effacement de la frontière fondamentale qui existe entre l’homme et la bête.

Moins qu’un discours qui aurait toute sa légitimité sur les dérives de l’industrie agroalimentaire ou sur le scandale de la maltraitance animale, ces défenseurs post-modernes dénoncent constamment l’homme et célèbrent l’animal. (…) Leur démarche s’inscrit dans une logique émotionnelle : le consommateur est invité à ne pas suivre sa raison mais ses réactions affectives.

Par Théophane Le Méné, publié le 19/03/2015 à 18:14 sur le site Internet du journal « Le Figaro »

Bien entendu, pour faire une bonne introduction, il faut avoir compris le thème principal du texte ainsi que sa nature.

Tout d’abord nous remarquons que la nature de ce texte est POLÉMIQUE : il critique l’attitude des gens qui luttent contre la consommation de viande. Mettons cette information dans un coin de notre tête car c’est important : cela aura un impact à la fois dans mon introduction et dans le point de vue que je développerai, car moi, je me positionnerai par rapport à ce que dit ce journaliste. On voit donc que l’aspect D’ACCORD/PAS D’ACCORD va être ici très important.

La deuxième remarque que nous nous faisons immédiatement après avoir lu le texte est : il y a un jeu de mots dans le titre. Le mot bête signifiant à la fois ANIMAL et STUPIDE. Je vais le mentionner dans mon introduction.

Reprenons les 3 critères (je les rappelle ci-dessous) un par un :

  • Dégager le thème du document et son idée principale
  • Formuler une problématique claire
  • Annoncer le plan du monologue

VOICI MA PROPOSITION FINALISEE D’INTRODUCTION :

Le thème et le résumé (très court, le résumé. ne pas répéter tout l’article !) de l’idée principale :

Le texte que j’ai choisi est tiré du site internet du journal le Figaro et traite du thème de la consommation de la viande. Comme on peut le voir dans le titre de cet article, où l’auteur fait un jeu de mots sur le mot « bête », la position du journaliste est que les gens qui luttent contre la consommation de viande souffrent plutôt d’un déficit d’amour des hommes qu’ils cacheraient derrière leur amour et leur défense exagérées des animaux.

La problématique

La question fondamentale que se pose le journaliste et que je vais me poser moi aussi est la question de la frontière entre l’homme et l’animal. En d’autres termes, est-ce que les hommes sont des animaux comme les autres ? Et si non, à partir de quel moment nous ne devrions pas faire souffrir les animaux ? D’autres questions peuvent se poser aussi, concernant les conséquences d’une société où l’on ne mangerait plus d’animaux. Enfin il me semble intéressant et important d’imaginer le futur : est-ce que nous nous orientons vers une réduction de la consommation de viande ? Ou au contraire vers une augmentation liée à l’augmentation de la population mondiale ?

Le plan détaillé

Ainsi, pour répondre à ces problématiques, ma première partie sera consacrée à un historique de notre relation aux animaux depuis la préhistoire jusqu’à nos jours. J’y aborderai la question de la différence fondamentale entre l’homme et l’animal.

Dans ma deuxième partie, j’évoquerai les causes de l’apparition de ces mouvements (parfois un peu extrémistes) de protection des animaux, leurs actions et les conséquences sur notre vie quotidienne. A cette occasion je vous donnerai plus en détail mon opinion à ce sujet.

Enfin, dans ma troisième et dernière partie, je vais aborder la question du futur et imaginer l’évolution de notre relation aux animaux, dans un monde où la population augmente sans cesse au sud et diminue au nord.

Voilà, votre introduction est terminée. 😊

Tous mes arguments et les questions de ma problématique ont été distribués logiquement sur mon brouillon dans un schéma dans chacune de 3 parties. Je suis prêt à poursuivre la production orale.

Bien sûr, dans l’exemple que je donne ci-dessus, mon vocabulaire est un peu trop élevé pour le B2, mais cela donne un assez bon exemple de structure. Pas de panique si votre introduction n’est pas aussi riche en vocabulaire. Le niveau B2 n’exige pas d’avoir un vocabulaire parfait, loin de là !

La suite dans le prochain article : comment trouver et développer ses idées !

N’hésitez pas à nous poser toutes vos questions en commentaires. Comme cela, nous pourrons répondre directement à tous vos doutes et vous proposer des pistes d’amélioration.

7 commentaires sur “Production orale DELF B2 – I. L’introduction”

  1. Moi aussi, j’attends le prochain article! J’aimerai bien le lire comme celui-ci était très secourable. Mercie bien (:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez-nous

x

PARTAGEZ DES RESSOURCES SUR PARTAJON

x